Rang du Fliers, près de Berck, dans le Pas-de-Calais. Depuis quelques mois, cette paisible commune de la côte d’Opale est agitée par un projet d’immense serre tropicale.

Un dôme de 2 hectares chauffé été comme hiver à 28 degrés, des espèces exotiques de papillons, de reptiles et de colibris importées régulièrement d’Amérique du Sud, la disparition de 9 hectares de terres agricoles, 500000 visiteurs prévus par an, un soutien financier non négligeable de la Région et de l’Ademe, voici pêle-mêle quelques illustrations du gigantisme et de l’aberration de ce projet.

C’est pour soutenir la mobilisation contre Tropicalia , menée par des dizaines d’associations, que Yannick Jadot et d'autres écologistes ont fait le déplacement en train dans le Pas de Calais ce samedi 6 février.

Arrivé en gare de Rang du Fliers, Yannick a été accueilli par des militants écologistes de la région et a retrouvé Karima Delli, tête de liste écologiste pour les régionales dans les Hauts de France.

Depuis la gare, et derrière la banderole du collectif, le cortège s’est rendu jusqu’au champ Gretz, lieu choisi par les investisseurs et élus locaux pour l’implantation de Tropicalia.

Sur place, entre nouveau quartier d’habitation et espace agricole, les interventions des associations, chacune exposant des arguments environnementaux, juridiques ou bien économiques, pour démontrer l’anachronisme de ce projet, alors même que l’environnement du département du Pas de Calais est mis à mal par l’artificialisation des sols et l’agriculture intensive.
Vouloir « reproduire » un climat tropical quand parallèlement l’inaction est de mise pour lutter contre le réchauffement climatique, d’ores et déjà à l’œuvre sur les côtes du Pas de Calais touchées par l’érosion, relève au mieux de la provocation.

Dans sa prise de parole et ses échanges avec les militants, Yannick Jadot a insisté sur la nécessité de sanctuariser la biodiversité plutôt que d’offrir des mirages artificiels comme Tropicalia. Que ce soit la côte d’Opale, avec son riche milieu dunaire, que ce soit son arrière-pays pâturé ou cultivé, encore plus demain avec l’indispensable progression du bio et des plantations d’arbres et de haies, la nature doit y être sanctuarisée et protégée.

Pour cela, Yannick a rappelé l'urgence de stopper l’artificialisation des terres, qui plus est sur le littoral de la Côte d’Opale qui connaît le taux d’artificialisation le plus fort de France.

Il a également fait part de son soutien à Karima Delli pour les régionales, dans cette région où l’environnement est mis à mal par les politiques de Xavier Bertrand, comme l’illustre ce projet soutenu par la Région. La Région Hauts de France a besoin des écologistes !
Après avoir échangé un pique-nique chaleureux avec les militants, Yannick a repris le train pour Paris. Ce dossier sera suivi de très près par les écologistes !

Voici le lien pour signer la pétition contre le projet Tropicalia : https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/appelyasignaturescontreleprojettrop-4514html