Aider financièrement les plus modestes

Un plan exceptionnel de soutien à la demande d'un montant de 30 milliards d'euros, ciblant prioritairement les personnes vivant sous le seuil de pauvreté, est lancé. Il se traduit par une aide immédiate de 2 000 euros pour les personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Le montant sera dégressif à mesure que le revenu croîtra vers le revenu médian.

Ce plan est notamment financé par une contribution exceptionnelle Covid sur les très hauts patrimoines et les dividendes des sociétés dont les bénéfices ont fortement crû pendant la pandémie.

Sécuriser les transitions professionnelles

Personne ne se trouvera au chômage en raison des transitions écologiques : la puissance publique s'en porte garante, en lien avec les partenaires sociaux et les territoires.

Les secteurs concernés sont identifiés par des concertations sur le maintien de l’emploi et de l’activité dans chaque région («états généraux de la transition des territoires»).

Des contrats de sécurisation professionnelle, garantissant un revenu pendant le temps de transition et de formation, sont mis en place.

Permettre aux jeunes de se réaliser

A sa majorité, tout jeune se voit proposer le soutien d'un-e référent-e, volontaire formé-e dans le cadre des dispositifs d'engagement civique, qui peut le guider dans le maquis des démarches administratives, ses études, son orientation professionnelle et le début de sa vie citoyenne. Le programme de mentorat "Main tendue", s'appuyant sur un consortium de grandes associations nationales de l'éducation populaire, favorise l'engagement du jeune dans une activité d'intéret général, qui donne lieu à une évaluation des compétences acquises et à un crédit formation. À l’issue du passage par ce programme, le jeune peut devenir à son tour le-la référent-e d'autres jeunes.

Pour aider les jeunes de 18 à 25 ans ayant achevé leur scolarité à réaliser leurs projets et s’insérer dans la société --et pour soutenir la protection de l’environnement, la vie associative, sportive et culturelle très affectée par la crise sanitaire-- 300 000 emplois aidés sont créés dans le secteur non marchand et les collectivités locales. Ces contrats de trois ans sont pris en charge à 80 % par l’Etat.

Instaurer un revenu citoyen

Une revalorisation immédiate de 100 euros est appliquée au barème du RSA (porté à 650 euros par mois dans une première étape). Toute personne qui établit une déclaration d’impôt et ne déclare aucun revenu touche ce revenu citoyen de base. Il est alloué aux jeunes dès 18 ans pour autant qu’ils soient fiscalement autonomes.

Ce revenu est versé en lien avec la réalisation d’un projet ou d’une formation dans les métiers émergents ou d’une démarche d’insertion y compris dans un cadre non-marchand (engagement associatif, environnemental, culturel ou sportif).

A l’issue du prochain quinquennat le niveau du revenu citoyen sera fixé annuellement après concertation avec les partenaires sociaux et les associations qui luttent contre la pauvreté. Le surcoût lié à ce dispositif par rapport aux minimas sociaux actuels doit correspondre dans un premier temps aux rentrées supplémentaires perçues sur les revenus et les patrimoines les plus élevés, en revenant sur les mesures fiscales injustes adoptées depuis 2017.

Innover dans la lutte contre le chômage

Le dispositif "Territoires zéro chômeur de longue durée" permet à des personnes d'exercer une activité socialement utile, qui correspond à leurs goûts et à leurs compétences. L'argent public mobilisé sert à financer des vrais contrats de travail plutôt qu'à indemniser des personnes privées d'activité et de ressources.

Ayant fait ses preuves dans quelques territoires-tests, grâce à l’action des associations et des collectivités locales, "Territoires zéro chômeur de longue durée"  est généralisé à l’ensemble du pays pour les chômeurs en fin de droit. Une priorité sera donnée, comme pour tous les secteurs de l’insertion par l’activité économique, au retour à l’activité dans les secteurs de la transition écologique et des services à la personne.