Il faut être très clair sur l'objectif quant à la voiture électrique : aider ceux qui sont dépendants de leur voiture à acquérir des véhicules moins polluants, travailler sur le recyclage des batteries et surtout : développer les alternatives de transports collectifs pour soulager l'empreinte écologique des infrastructures routières dimensionnées depuis les années 70 pour l'essor malheureux de l'autosolisme. Cela doit passer par le ferroviaire, seule alternative aux vols intérieurs et aux trajets autoroutiers. Par le bus, en ville et sur de moyennes distances. A ce titre, il faut revoir la politique des SLO lancés par le ministre Macron. Et par les modes actifs : vélos et piétons.