1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10


 

6/ Protéger les plus vulnérables et sécuriser les transitions et l’insertion professionnelle

Chaque adulte en précarité a accès dès 18 ans à un revenu citoyen en remplacement du RSA et de la prime d'activité.

Une revalorisation immédiate de 100 euros est appliquée au barème du RSA (porté à 650 euros par mois dans une première étape). Toute personne qui établit une déclaration d’impôt et ne déclare aucun revenu touche ce revenu de base. Le revenu citoyen est accessible aux moins de 25 ans pour autant qu’ils soient fiscalement autonomes.

Le niveau du revenu citoyen à atteindre à l’issue du quinquennat est fixé après une concertation entre l’Etat, les partenaires sociaux et les associations agissant sur le terrain de la lutte contre la pauvreté, en fonction de niveau indispensable pour que les personnes en précarité vivent dignement et de la bonne articulation avec les revenus du travail, ou de la famille pour les jeunes. A l’issue du prochain quinquennat son niveau sera fixé annuellement après concertation avec ces partenaires.

Le surcoût lié de ce dispositif par rapport aux minimas sociaux actuels doit correspondre dans un premier temps aux rentrées supplémentaires perçues sur les revenus et les patrimoines les plus élevés en revenant sur les mesures fiscales injustes adoptées depuis 2017.

Ce revenu est versé en lien avec la réalisation et l’accompagnement d’un projet ou d’une formation dans les métiers émergeants ou d’un engagement ou d’une démarche d’insertion y compris dans un cadre non-marchand en faveur d’un engagement associatif, environnemental, culturel ou sportif.

En outre, à sa majorité, tout jeune se voit proposer un référent, volontaire issu de la jeunesse, pour le guider dans le maquis des démarches administratives et du début de sa vie citoyenne.

Une refonte complète du maquis des dispositifs existants permet d’alléger ces démarches administratives. Le référent, formé dans le cadre des dispositifs d’engagement civique, fait l’état des lieux de la situation administrative du jeune et fera en sorte qu’il ait accès à tous ses droits sociaux. Il lui propose de participer au Programme «main tendue»;celui-ci, construit sur un consortium de grandes associations nationales de l’éducation populaire, développe un système de mentorat pour l’orientation professionnelle et l’accompagnement dans les études assis sur le bénévolat issu de toutes les couches de la société française. Le programme «main tendue» favorise l’engagement du jeune dans une activité d’intérêt général, qui donne lieu à une évaluation des compétences acquises et à un crédit formation. À l’issue du passage par ce programme, le jeune se voit à son tour proposé de devenir référent pour les jeunes.

Dans cet esprit, nous soutenons massivement les programmes d’éducation populaire et les chantiers de bénévoles et d’insertion.

300000 emplois aidés sont créés pour les jeunes de 18 à 25 ans ayant terminé leur scolarité dans le secteur non marchand et les collectivités locales pour assurer des missions en matière associative, environnementale, culturelle et sportive.

Pour aider les jeunes de 18 à 25 ans ayant achevé leur scolarité à réaliser leurs projets et s’insérer dans la société et pour soutenir la protection de l’environnement, la vie associative, sportive et culturelle très affectée par la crise du COVID-19, 300000 emplois aidés sont créés dans le secteur non marchand et les collectivités locales. Ces contrats de 3 ans sont pris en charge à 80 % par l’Etat.

Cette mesure accompagnera notamment le retour à la culture après la longue interruption de la crise sanitaire en veillant à en élargir l’accès avec le soutien à une nouvelle culture populaire.

30 milliards de relance immédiate de la demande pour les plus modestes

Un plan exceptionnel de soutien à la demande ciblant prioritairement les personnes vivant sous le seuil de pauvreté est lancé. A l’image d’autres pays (Allemagne, Etats-Unis...) ce plan de relance de la demande est doté de 30 milliards d’euros immédiatement déboursée. L’aide atteindra 2000 euros pour les personnes sous le seuil de pauvreté. Le montant sera dégressif à mesure que le revenu croît vers le revenu médian.

Ce plan est notamment financé par une contribution exceptionnelle Covid sur les très hauts patrimoines et les dividendes des sociétés dont les bénéfices ont fortement cru pendant la pandémie.

Un contrat de sécurisation et de transition professionnellepour qu’aucun actif ne se retrouve au chômage dans les secteurs en conversion

La puissance publique se porte garante, en lien avec les partenaires sociaux et les territoires, de ce que personne ne se trouvera au chômage en raison des transitions écologiques. Les secteurs concernés sont identifiés par des concertations sur le maintien de l’emploi et de l’activité dans chaque région («états généraux de la transition des territoires») associant entreprises, syndicats, pouvoirs publics locaux, acteurs financiers et de la formation professionnelle, associations et citoyens volontaires ou tirés au sort, avec une mission de coordination assurée par les Commissaires aux transitions.

Des contrats de sécurisation professionnelle sont mis en place avec un revenu pendant le temps de transition et de formation.

Généraliser les «Territoires Zéro Chômeur»

Ce dispositif ayant fait ses preuves sur les territoires, par l’action des associations et des collectivités locales, il est généralisé à l’ensemble du pays pour les chômeurs en fin de droit. Une priorité sera notamment donnée, comme pour tous les secteurs de l’insertion par l’activitééconomique, au retour à l’activité dans les secteurs de la transition écologique et des services à la personne.


 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10

Inscrivez vous pour laisser un commentaire

Anonymous
Se connecter avec ou
Vous n'avez pas de compte ? Créer votre compte
Verifier votre compte email pour un lien de validation afin d'activer votre compte
Trier par ordre :
ou trier avec les étiquettes suivantes

  • seniors et handicap

    ne pas oublier la fin de parcours pro pour les seniors car ils devront travailler plus tard. Le combat pour l'amélioration des des conditions d'accès à l'emploi leurs sont trop difficiles.


  • social

    pour les séniors en activité, les personnes en situation de handicaps, ainsi que pour les Français du 3ème âge en situation de santé précaire.


  • Recréer un droit à la formation professionnelle diplomant accessible à tous

    Avec les différentes réformes de la formation professionnelle, en particulier la dernière il est désormais impossible pour un individu qui souhaite se reconvertir d'accéder à un diplôme dont la formation s'étale sur plusieurs années et avec une prise en charge au moins partielle de son revenu. La disparition du Congé Individuel de Formation au profit du CPF monétarisé a abouti à la création d'un business mais cassé un outil de promotion sociale. L'arrivée de nouveaux métiers (ou à minima de nouveaux emplois) verts suppose un effort sans précédent de formation et les individus doivent avoir les moyens de pouvoir y participer sans attendre que cette possibilité leur soit donnée par Pôle Emploi ou leur entreprise quand ils ont la chance d'être en emploi.