5/ Casser les ghettos, sortir de la panne du logement social et construire la mixité sociale: une nouvelle loi SRU

Nous relançons le logement social et la mixité sociale avec une nouvelle loi SRU imposant la réalisation effective de 30% de logements sociaux avec rénovation thermique dans chaque commune

Face à la panne du logement social et très social, une cible de logements sociaux construits par an aux meilleures normes d’efficacité énergétique est fixée à 500000 (cf plan Borloo) avec une cible de logements sociaux rénovés thermiquement par anà 200000 (en 2019:155000 logements sociaux ont été rénovés).

Une nouvelle loi SRU prévoit de manière automatique le transfert des permis de construire aux Commissaires aux transitions dans les communes récalcitrantes, un maximum de 40% de logements sociaux et une politique de mixité sociale et de peuplement pour lutter contre les ghettos.

Les dotations publiques aux communes sont indexées sur la construction sociale et très sociale. Des outils de préemption et de gestion du foncier par les communes seront renforcés dans les zones tendues pour l’hébergement et le logement.


 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10

Inscrivez vous pour laisser un commentaire

Anonymous
Se connecter avec ou
Vous n'avez pas de compte ? Créer votre compte
Verifier votre compte email pour un lien de validation afin d'activer votre compte
Trier par ordre :
ou trier avec les étiquettes suivantes

  • FAUDRAIT SE (RE)CONNECTER A LA REALITE

    Un thème a complètement disparu dans les propositions écologiques, celui de mettre fin à l'étalement urbain par la reconstruction de la ville sur elle-même, c'est à dire la densification. Au contraire, en IDF, la chute des permis accordés est entrain de mettre toute une profession et une population dans une crise de la construction jamais vue depuis 10 ans. La cause : le refus des maires, à l'encontre de leur propre PLU et au nom de l'écologie, de construire. Les idées vertes ont gagné tout ce que l'IDF comptent de maire de droite qui au nom de l'écologie refusent les constructions et en passant les logements sociaux Encore une fois, la démarche est généreuse mais est totalement déconnectée des réalités politiques du terrain et ramène le sujet à un manichéisme oui/non qui masque la complexité du sujet


  • casser les ghettos, redonner aux habitants la conscience de la chance d'être en France

    aujourd'hui, et depuis de trés trés longues années, dans les quartiers, l'état a oublié / abandonné ses devoirs, offrir la sécurité et l'égalité a ses habitants . en effet, après avoir entassé l'immigration "nécessaire" a l'essor du pays, l'état a confié ses prérogatives a des organismes plus ou moins privés, et oublié tout ça ... il en ressort, des décennies plus tard, ce que l'on connait aujourd'hui dans ces quartiers : l'absence de perspectives "honnêtes" a poussé une grande partie des jeunes dans la délinquance, avec l'aide du "bizness" du cannabis (et autres ...), et tout cela a créé une autre sorte de société, qui malgré tout fonctionne avec ses propres règles, mais au détriment de ceux qui n'en font pas partie . l'abandon des ces quartiers au niveau de l'entretien des lieux de vie, pousse leurs habitants a se sentir oubliés et donc, une sorte de "solidarité du quartier" leur fait en partie rejeter la société réelle de la France ; et cet abandon a aussi permis a la religion principale de s'extrémiser ... dans ma jeunesse (78 -86 ...), j'ai pas mal trainé dans les quartiers, et aucun de mes potes n'avait la moindre idée de l'islam, ou autre, et tous sans exception s'en foutaient royalement, seules les "mamans" se promenaient avec le foulard, et absolument personne n'était choqué ... aujourd'hui, si tu veux avoir une chance de vivre "normalement" au quartier, il te FAUT une religion, être non croyant n'est pas acceptable ... et je ne parle pas ici des conséquences pour la gent féminine, qui en supporte des avanies de plus en plus restrictives !! pour changer tout cela, il faut donner a ces quartiers l'exclusivité de la vente légale du cannabis, cela ferait entrer ces quartiers dans une légalité, et grâce a cela, je suis sur que le respect de l'état reviendrait petit a petit, et aussi leur donner la gestion de leurs lieux de vie, car on n'est jamais aussi bien servi que par soi meme ... et tout cela offrirait a ces jeunes une autre perspective que le jihad ... mais en parallèle des ces actions, il faut aussi durcir réellement la discipline, et que les "mauvaises actions" soient vraiment réprimées, non par la prison (pour eux une sorte d'examen de passage "), mais par des sortes de camps de travail (pas le goulag, hein!!) encadrés par des militaires (la légion, car ils sont eux aussi des étrangers), et pour de courtes périodes, mais difficiles ... pour redonner aux quartier l'envie de redevenir vraiment des Français comme les autres, il faut leur donner des perspectives, et un peu de peur de la sanction ... !!